Menu
2, rue de Buenos Aires - 75007 PARIS

Avocat droit collaboratif Paris

Droit collaboratif

En droit de la famille, la collaboration entre parents est recommandée, notamment par la médiation, de plus en plus préconisée par les Juges aux affaires familiales, pour tenter de résoudre les conflits.

Un médiateur à l'écoute de l'un et de l'autre peut parfois s'avérer utile pour tenter de régler les conflits familiaux.

Il existe d’autres modes amiables de règlement des litiges que la médiation.

Le droit collaboratif est un autre outil de règlement des conflits familiaux.

Très pratiqué en droit anglo-saxon, le droit collaboratif commence à apparaître chez nous.

Il s'agit d'un outil, nécessitant pour les avocats voulant en faire application, d'être formés à ce droit, il ne pourra y avoir de droit collaboratif que si les deux avocats en présence ont l'un et l'autre reçu la formation.

Le droit collaboratif peut trouver application dans tous les domaines du droit, mais notamment en droit de la famille où il est dommage de cristalliser le conflit, ce qui est particulièrement regrettable lorsqu'il y a des enfants qui en subissent les conséquences.

En droit de la négociation classique, chaque avocat a pour but de défendre son client, ce qui n'exclut pas une certaine agressivité latente, chacun des avocats tendant à essayer d'obtenir l'accord le plus favorable pour son client : la relation repose sur la défiance. Et il y a toujours l'idée sous-jacente de saisir le Tribunal en contentieux, ce qui risque d'aggraver davantage le conflit, en laissant en outre à un Juge surchargé le soin de trancher le litige.

Toute autre est la position des avocats en droit collaboratif.

Contactez-moi

.
droit collaboratif

Les époux signent un contrat de droit collaboratif avec leurs avocats et un véritable travail d'équipe commence : le but est d'obtenir un accord qui convienne à chacun, et qui soit pérenne.

Chacun des avocats ne considère alors, non pas seulement les intérêts de son client, mais également les intérêts de l'autre partie.

Il existe des intérêts communs et ce sont ces intérêts communs qu'il faut trouver.

Des rendez-vous à quatre se déroulent en prenant en considération les besoins et intérêts des deux parties, qui n'ont pas forcément que des intérêts opposés, afin de trouver les intérêts communs.

Ces rendez-vous sont fondés sur l'écoute, la confiance, la transparence, le rôle des avocats consistant ensemble et avec les clients, à trouver un accord qui perdure. Mais pour que le processus collaboratif aboutisse, il faut que les clients aient ce désir d'aboutir.

Le droit collaboratif est considéré comme très satisfaisant par les avocats et leurs clients qui l'ont pratiqué.

J'ai reçu les formations niveau 1 et niveau 2 en droit collaboratif auquel je crois beaucoup. J’ai été formée par l’Association française des praticiens du Droit collaboratif (AFPDC) dont je suis adhérente.

Et pour parfaire cette formation, j'ai suivi un cursus sur la négociation raisonnée et obtenu l' « exécutive certificate droit et négociation » délivré par l'Ecole Centrale Paris.

J’ai également reçu une formation en procédures participatives.

Contrairement au droit collaboratif, mode amiable de règlement des litiges qui ne figure pas dans le Code civil, la procédure participative a fait depuis peu son entrée dans le Code civil.

C’est également un mode amiable de règlement des litiges qui a fait ses preuves. Plus souple que le droit collaboratif, il ne nécessite pas que les deux avocats soient formés au droit collaboratif.

Pour en savoir plus sur le droit collaboratif et la procédure participative, et votre avocat, médiateur en droit de la famille, consultez-le dans son cabinet situé à Paris.

Contactez-moi

Consultez également :