Menu

En ce temps de couvre-feu, nous sommes toujours à votre écoute. Les tribunaux continuent de fonctionner. Les rendez-vous au cabinet sont assurés en présentiel avant 18h avec masque et gel naturellement. Ils peuvent également avoir lieu par visioconférence ou par téléphone. Prenez soin de vous.

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Divorce > Divorce : quel est le point de départ des intérêts moratoires d'une prestation compensatoire ?

Divorce : quel est le point de départ des intérêts moratoires d'une prestation compensatoire ?

Le 17 mars 2018
Suite à un divorce, le montant de la prestation compensatoire est du à compter du jour où la décision fixant cette prestation compensatoire est devenue irrévocable, c'est le point de départ des intérêts moratoires

Suite à un divorce, un époux est condamné à payer une prestation compensatoire à son ex-épouse.

 

Des difficultés surgissent entre eux lors de la liquidation du régime matrimonial.

La question qui se posait était de savoir à quelle date courent les intérêts moratoires, est-ce à la date de la demande ?

La cour de cassation a cassé la décision qui avait considéré que le point de départ des intérêts moratoires de la prestation compensatoire suite à un divorce était dû le jour de la sommation.

Ainsi, les intérêts de retard dus au titre d’une prestation compensatoire courent à compter de la date à laquelle la décision qui a prononcé  le divorce est devenu irrévocable.

« Vu les articles 260, 270 et 1153-1, devenu 1231-7 du code civil ;

Attendu, d'une part, que la prestation compensatoire comme les intérêts qu'elle produit sont dus à compter de la date à laquelle la décision prononçant le divorce devient irrévocable ;

Attendu, d'autre part, que la condamnation à une indemnité emporte intérêts à compter du prononcé du jugement, ou à compter de la décision d'appel qui l'a allouée ;

Attendu, selon l'arrêt attaqué, qu'un jugement a prononcé le divorce de Mme Hassiba X... et de M. Aïssa X... ; que ce dernier a été condamné à payer à son épouse diverses sommes ; que des difficultés sont survenues lors de la liquidation et du partage de leurs intérêts patrimoniaux ;

Attendu que, pour rejeter la demande de Mme X... en paiement des intérêts sur les sommes allouées notamment au titre de la prestation compensatoire et des dommages-intérêts, l'arrêt énonce qu'en application de l'article 1479, alinéa 1er, du code civil, les créances personnelles que les époux ont à exercer l'un contre l'autre ne donnent pas lieu à prélèvement et ne portent intérêts que du jour de la sommation ;

Qu'en statuant ainsi, alors que les dispositions de ce texte ne concernent que les créances personnelles entre époux trouvant leur origine pendant le fonctionnement du régime matrimonial, la cour d'appel a violé les textes susvisés »

(Cass, Civ1, 7 fév 2018, pourvoi n° 17-14184, Publié au bulletin)

 

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Divorce  -  prestation compensatoire